Accueil HandiSciences





logo INS HEA

logo Lamap

Accueil du site > Projets de recherche > CR Journée Ophris du 23-11-10 à l’Université de Provence
Enregistrer au format PDF

CR Journée Ophris du 23-11-10 à l’Université de Provence

CR Journée Ophris du 23-11-10 à l’Université de Provence de 9h30 à 16h30

Objectifs de la réunion : se connaître, présenter ses travaux, préciser les objectifs d’Ophris, avancer dans la constitution du réseau. Ophris permet de confronter les points de vue
Participants :
Aliette Vérillon, Teresa Assude (didactique mathématiques),
Jean-Philippe Drouard IUFM Nice formateur DEF (didactique mathématiques)
Michel Calmet Université Montpellier (EPS, judo, sport combat, handicap)
Janette Sambone IUFM département ASH option E, D, 2CA-SH, sciences de l’édcation
Sylviane Feuilladieu sociologie de l’éducation UFR ADF Nice, recherche adaptation, capa et 2ca D E F
Alice Pédregosa, Nicole Caparros Mencacci, Géraldine Baffie (sciences, Map et handicap)
Jeanne-Marie Laurent, Rachi Khlifi, Marie-Hélène Heitz, INS HEA

Présentations des recherches

Teresa et Aliette : pratiques inclusives et mathématiques

Objectifs : connaître les pratiques scolaires existantes, analyser les besoins // savoirs des é,
Hyp de départ : l’inclusion ne va pas de soi, surtout pour les E ordinaires. Les adaptations des pratiques ne sont pas spontanées
Dispositif d’observation des systèmes didactiques en Clis 1 et Clis 2, dans le cadre de la formation des E de Clis et dispositif de recherche = travail collaboratif entre E et chercheurs, récupération de données ds champ des maths
Le premier temps a concerné un travail sur les représentations des E sur :
Représentation des é sur le handicap
Représentation des é sur les é handicapés
Rapport des é // maths
et travail sur le discours des E
but : comparer l’évolution des représentations, pas uniquement l’évolution des pratiques
postulat : pour changer les pratiques, il faut changer les représentations
Puis les temps suivant sont : conception et préparation de la séance avec apports théoriques aux E, mise en œuvre de la séance filmée, analyse d’extraits
Mise en évidence de « moments remarquables », au choix des E mais qui devaient les justifier
Autres données, traces : profil de la classe, préparation des séances, supports utilisés, documents des é
Système de descripteur de l’action conjointe é/E : « jeu et enjeu du savoir » (jouer le jeu, construire le jeu, déterminer le jeu)
Triplette des genèses : méso genèse, chrono genèse (différentes temporalités) et topo genèse (différentes positions occupées dans l’espace), afin de décrire l’action en classe
Question de l’enjeu des savoirs et comment ils sont construits
Quadruplet des techniques des gestes // jeu : dévolution du jeu, définition du jeu, régulation du jeu, institutionnalisation du jeu, qui permet de décrire et d’analyser ce qui se passe
Prise en compte aussi des contraintes institutionnelles
Hyp qui se précise : le problème de l’inclusion scolaire passe par un choix de situations didactiques. Les « bonnes situations didactiques » le sont aussi pour les é hand
Les BEP sont un des éléments de la situation
Ici les situations proposées ont déjà été reconnues comme de qualité pour l’objectif d’apprentissage (situation de dénombrement)
Analyse à priori descendante : étalon permettant de confronter l’observation (avoir des indicateurs spécifiques à la situation observée).
Ici, types de tâches possibles : T1= dénombrer des éléments d’une collection, T2=produire une collection ayant un cardinal donné, T3= représenter un nombre
et techniques que les élèves mettent en œuvre : perceptive, de dénombrement avec ou sans pointage, correspondance terme à terme, production « autant que », production sans contrôle de la relation « autant », de représentation du nombre,…
Pour comparer les données, utilisation du synopsis de ce qu’il s’est passé (vision globale, élèves, tâches,…)
Éléments d’analyse à partir :
de la position des é dans la classe : partage topo génétique (chaque é doit s’engager à son tour en donnant une réponse, l’E doit faire accepter le tour de rôle, chacun se trouve en position d’aide (acceptée, encouragée par l’E, force du collectif, dynamique, apprendre en même temps que les autres, en aidant les interactions, celui qui est le premier, celui qui fait)
contrôle et maîtrise technique : la première technique « accepter » pour que l’é entre dans le jeu, la technique « empêcher » pour que l’é change de technique, la technique « adapter, contrôler »
Une situation robuste est adaptée aux besoins spécifiques des é :
elle n’a pas été créée en prenant en compte les BEP, mais à partir de l’analyse épistémologique (qu’est-ce qu’un nombre)
la robustesse de la situation est estimée par la stabilité des enjeux de savoir lors de sa mise en œuvre (à l’épreuve) dans des contextes différents et avec des acteurs divers (si on perd l’enjeu de savoir, si elle résiste aux perturbations)

Sylviane : dyslexie sévère en classe ordinaire de collège

Début d’un projet, démarrage à partir des résultats d’une enquête, dans un but de continuité, d’élargissement, d’enrichissement. Enquête avec une psycholinguiste.
Dispositif avec un volet recherche sur ce que font les E pour accueillir les é avec dyslexie sévère, quelles adaptations sont mises en place, écart à gérer pour les E. Pas d’observation directe, juste au travers d’entretiens
Dispositif comprenant quelques heures de formation et un accompagnement des E
Dans les entretiens : regard sur les adaptations pédagogiques, en quoi elles sont une réponse à la loi. Mise en évidence de gestes génériques de l’E, l’entretien est aussi un facteur d’évolution des gestes professionnels. Ce sont des entretiens semi-directifs à la suite desquels a été réalisée une typologie des gestes des E pour ces é
La question du lien entre représentation et action a été posée. Ici on parle de perceptions, d’évocation. Les perceptions et les pratiques évoluent.
Il y a différenciation // supports d’évaluation et par l’apport de consignes orales. Il y a simplification à travers les supports et les consignes, ce qui est un geste d’accessibilité pour tous les é
10 entretiens ont été réalisés 2 ans après, pour étudier l’évolution des pratiques professionnelles.
L’hypothèse est que les gestes ont été diffusés aux autres E, et qu’ils sont devenus des gestes génériques
Le cadre normatif du système scolaire au collège est fort // évaluation (ne pas toucher aux contenus des programmes, aux critères de notation). Ce qui est intéressant à deux titres : en restant dans le cadre normatif, on peut avoir des changements, donc on peut générer du changement dans des cadres « stricts ». D’autre part, si on est dans le cadre existant, on doit faire avec le commun du groupe classe.
Projet : élargir l’enquête avec questionnaire dans un bassin de formation sur le 2nd degré, valider la typologie réalisée (la faire tourner, la tester dans d’autres contextes), typologie utilisée en formation initiale et continue.
Double entrée : du point de vue du sociologue, étude du profil sociologique des classes, du point de vue didactique, pour affiner l’observation, capter les pratiques des E confrontés à l’inclusion
Les questions de recherche : aménagement des pratiques E, que génère l’inclusion, quelles adaptations et comment sont-elles utilisées avec les autres é, évolution des pratiques, à partir d’un besoin ciblé quel élargissement possible, l’inclusion des é handicapés comme vecteur de changement et de développement des pratiques E
Colloque « ce que l’école fait aux individus, CREN Nantes, le temps des dys . Articles RFP 164 2008 Gombert Feulleudie, repères 2007 Gombert, Roussey

Michel : Judo et TICE

Cadre théorique : le judo, école de vie, comprendre le monde, comprendre l’autre
Schéma procédé
Connaissance décision (intervention)
Contenu
Traitement didactique des activités physiques et passer à une activité adaptée aux é d’une action de haut niveau en EPS
Problème // pédagogie du modèle, évoluer vers des buts de résultats, d’habileté, interactions entre pairs à prendre en compte, problème // prise de conscience de son action et fixation de la connaissance
Création d’un « combat mémoire ». Utilisation d’un logiciel libre « Kinovéa », qui permet d’avoir des vidéos sur lesquelles travailler, s’arrêter et partager un savoir
But : refaire en coopération ce qui a été réussi (interaction entre pairs, entraide et prospérité mutuelle)
Prendre en compte les buts d’habiletés travaillés et développés, buts de résultats mais aussi d’habileté.
Développement aussi d’estime de soi et de sentiment de compétence chez les étudiants
Travail // vision, locomotion, préhension, cours avec des situations de combat, apprentissage du sport avec des déficiences simulées
Evolution du regard et du point de vue des étudiants //hand, la situation didactique n’est pas diminuée pour autant
Outil d’analyse : ASTE
Autres questionnements : prévenir les troubles de l’équilibre pour gérer les mises en danger, prévention des chutes au sol

Judo hand : /temp/siteswww/publisherPPTword/APA/exoreal.htm (? ?)

JML : interaction en pédagogie Freinet

Présentation des travaux engagés par les collègues dans le cadre de l’école utilisant la pédagogie Freinet

MHH : interactions entre élèves en Clis 4

Présentation de la mise en œuvre du protocole réalisé // interactions entre élèves en CLis 4, dans le cadre de séances de découverte du monde

Alice et MH le projet « Sciences et handicap »

Présentation du projet et du protocole en œuvre
Discussions et échanges sur les différentes interventions

Il s’agira de voir ce que l’on peut bâtir ensemble, dans le cadre de cet observatoire, de mettre en évidence des points communs dans nos recherches. Dans un premier temps, cherchons à dégager les grands thèmes

Déficience simulée peut aussi être travaillée dans d’autres disciplines. En Maths, par exemple, travail sur l’espace et la géométrie (déficience simulée de l’instrument de mesure, de la calculatrice…)
Robustesse de la situation :
Interactions : induction de l’E pour que la réflexion soit collective (cohésion du groupe, explicitation des rôles de chacun), sur les objets de savoirs, rendre les interactions accessibles à tous. Nature des interactions (aide, tutorat, coopération, co-construction, rôles)
Positionnement de l’adulte : travailler la robustesse de l’apprenant aussi
La pensée opaque des é : comment voir la pensée de l’é quand on est E, être capable de réguler en situation, dans l’instant
L’activité en groupe : individualisation des situations en petits groupes (taille du groupe, communication à favoriser), la situation avec deux dimensions (didactique et sociale), les rituels et ce qui y est dit
Modification de son rapport au savoir : séparer les aspects (conceptuel, instrumental, sémiotique et linguistique
Les normes scolaires : ce qu’on en fait, ce qu’on attend d’un enseignement qui permet l’accessibilité. Deux niveaux (celui du chercheur, du modèle idéal de l’éducation, et celui de l’E dans son contexte d’exercice)
Et pour la suite…

Produire un écrit commun, un même thème, avec des analyses croisées.
Prévoir des réunions régulières, propositions de 3 réunions par an. Prévoir la prochaine à l’occasion des journées à Nantes les 22 et 23 mars 2011
Pour l’an prochain, prévoir une journée autour d’un travail pour aboutir à une publication commune